10 voies pour un autre modèle de société

  1. L’éducation permanente comme méthode et comme moyen

    Les Jeunes CSC basent leur réflexions et leurs actions sur leurs expertises de terrain. De nos jours, ce sont trop souvent les « experts détenant la vérité officielle » qui ont droit à la parole. A travers l’éducation permanente, les Jeunes CSC veulent démontrer qu’ils sont les experts de leur vécu. En travaillant collectivement, sur base de nos expériences de vie, avec des moments de remise en contexte des faits, nous parvenons à construire un modèle de société cohérent. Notre mission est de remettre les jeunes debout, en leur montrant qu’au-delà des solutions simplistes ou des discours défaitistes, il y a un monde à construire.

  2. Nos objectifs

    Ces propositions pour changer le monde constituent notre horizon idéologique. Dans une société toujours plus saturée d’informations, il est salutaire de poser un regard panoramique sur le monde d’aujourd’hui, afin d’en dessiner les contours futurs. Il est aussi nécessaire de réenchanter l’action collective et le rôle de contre-pouvoir syndical. Nous ne sommes pas liés à un agenda électoral à 4 ans. Nous disposons d’une organisation fière de ses valeurs solidaires et disposant encore d’un pouvoir de changement conséquent. Nous devons dès lors saisir toutes les opportunités pour mettre notre pierre à l’édifice et proposer des solutions aux crises que nous traversons.

    L’indignation est nécessaire mais pas suffisante. Si le monde ne tourne pas rond, il ne suffit pas de dire « Fuck le système ». Les Jeunes CSC veulent s’indigner en s’engageant collectivement. Nous ne sommes pas des Bisounours. Nous savons qu’il ne suffit pas de décréter qu’un autre monde est possible pour qu’il se crée.  Autant nous avons le devoir et le réalisme de tendre vers une utopie, autant nous devons proposer un chemin pour y parvenir.

    C’est pourquoi ce travail collectif, mené dans les différentes régions depuis  2009, constitue une étape vers la réalisation de nos objectifs et la concrétisation de nos revendications. Outre le travail de prospective proposé, nous proposerons, dans un second document, les différentes revendications concrètes liées à la situation actuelle.

  3. Plan du texte « un autre modèle de société »

Le document est divisé en trois parties. Chaque partie contient elle-même 3 champs. La première partie intitulée «  Vers un autre modèle » se base sur la ligne de force 42 du Congrès National de 2010. Les 3 champs comprennent nos revendications en matière d’un autre modèle de société, anti-productiviste, solidaire et durable. Cette première partie est donc très large, elle touche autant à l’abolition de notre modèle de société capitaliste qu’à l’émergence d’un nouveau modèle international basé sur la solidarité. L’environnement, le 2e champ intitulé « L’environnement c’est maintenant », est une préoccupation transversale, qui ne peut se concevoir sans ses répercussions sur l’économie ou sur l’équilibre international. Le 3e champ - « Mondialiser le travail décent » entend donner à la mondialisation un caractère plus humain.

La deuxième partie du document s’intitule « Sortir le capitalisme de nos têtes ». Il est composé de 3 champs : « Une démocratie au service des citoyens » ou comment repenser les pratiques démocratiques pour en faire un véritable contre-pouvoir à la logique du profit. Le deuxième champ s’intitule « La culture est un excellent investissement » et se veut le contrepied idéal des logiques actuelles qui cherchent à faire de la culture une marchandise. Le 3e champ s’intitule : « L’école de la réussite pour tous » et veut démontrer que l’école doit retrouver son rôle d’ascenseur social  et d’épanouissement pour tous.

La troisième partie du document se nomme : « L’économie au service des citoyens ». Dans cette 3e partie, nous donnerons des pistes pour tendre vers un modèle économique basé sur la réduction des inégalités, et sur la maximisation du bonheur collectif et individuel. Le premier champ traite de la qualité de l’emploi : « Un emploi de qualité c’est le minimum ». Le deuxième champ veut s’attaquer à la financiarisation de l’économie : « Réduire les inégalités, abolir la toute-puissance du marché ».
 

La troisième partie remet au goût du jour cette revendication plus que jamais d’actualité, la réduction collective et le partage du temps de travail : « Travailler moins, pour travailler tous, et vivre mieux ».

Vers un autre modèle

1. Un autre modèle de société
2. L’environnement, c’est maintenant
3. Mondialiser le travail décent

Sortir le capitalisme de nos têtes

1. Une démocratie plus participative et inclusive
2. La culture est un excellent investissement
3. L’école de la réussite pour tous

L’économie au service des citoyens

1. Un emploi de qualité, c’est le minimum
​2. Réduire les inégalités, abolir la toute-puissance du marché
3. Travailler moins, travailler tous, vivre mieux

 

Réagissez à propos de ce dossier

Rester au courant à propos de Jeunes CSC?

Inscrivez-vous à notre newsletter !