Booste les élections dans ton entreprise: portrait de Nicolas, candidat CSC

Interview de Nicolas Russo, candidat CSC pour le CPPT

En mai 2016, les travailleurs éliront leurs délégués pour le comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) et pour le conseil d’entreprise (CE). Ce sera également l’occasion pour les jeunes d’élire leurs représentants ou même de se présenter. Nicolas Russo, 33 ans, travaille au groupe Bidvest, distributeur de produits alimentaire. Il est  également délégué au CPPT.

 

Pourquoi as-tu choisi d’occuper la fonction de délégué?
J’ai toujours été intéressé par la législation au travail. Ce qui me motivait, c’était de bien connaître les droits de chaque travailleur pour pouvoir les défendre au mieux. À mes débuts, j’étais très impliqué dans mon travail et j’ai été quelque peu déçu par ma direction parce qu’il n’y avait aucune négociation possible. J’ai donc décidé d’œuvrer à rectifier les choses en rejoignant la délégation. Actuellement, le gouvernement met tout en œuvre pour augmenter le pouvoir qu’exercent les employeurs. Être délégué, c’est en quelque sorte l’occasion de mettre une barrière à leur emprise.

Qu’est-ce que la fonction implique pour toi?
J’essaye de faire en sorte que les employeurs n’abusent pas de la loi et que les droits de chacun soient défendus. Auparavant, lorsqu’une entreprise faisait face à des difficultés et qu’elle se voyait contrainte de licencier, c’était surtout les derniers arrivés qui partaient. Maintenant, les patrons ont plus tendance à faire partir les travailleurs plus expérimentés qui connaissent mieux leurs droits. Un travailleur expérimenté se laisse moins faire qu’un petit jeune fraîchement arrivé et sans expérience qui veut garder son emploi. Pour moi, un travailleur qui ne connaît pas ses droits est plus une victime qu’un employé.

Quelles sont selon toi les qualités d’un bon délégué?
À mes yeux, il y a plusieurs sortes de bons délégués. Il y a tout d’abord des délégués qui n’ont pas forcément un esprit combatif mais qui toutefois apportent de bonnes idées. Dans une délégation, je trouve important d’avoir quelqu’un qui a des idées même s’il peut éprouver des difficultés à les communiquer. Mais le plus important, c’est d’être présent sur le terrain. Pour moi, un délégué qui profite de son mandat pour ne pas être sur le terrain et ainsi bosser moins, n’a rien à faire à ce poste. Moi, je suis sur le terrain pour partager le vécu des collègues et donc leur faire savoir que je comprends leurs attentes. Je suis aussi ouvert à tous les types de travailleurs qu’importe leur origine ou conviction.  

Quels conseils donnerais-tu à un jeune souhaitant se présenter comme délégué?
En tant que délégué, il faut être prêt à défendre tout le monde, même les personnes que tu apprécies moins. Faire la part des choses est primordial. Parfois le cas d’un employé peut paraître indéfendable, mais cela ne signifie pas qu’il ne faut pas le défendre. Les employés doivent sentir que tu t’actives pour eux. Être délégué, ce n’est pas une protection. Si tu prends la décision de te présenter, c’est tout d’abord parce que tu es motivé et désireux de représenter tes collègues. Je conseillerais aussi d’essayer de s’entendre avec tout le monde ou, dans la mesure du possible, de développer des relations correctes avec tout le monde.

Toi aussi tu veux être actif entre autres pour améliorer les conditions de travail, les possibilités de formation, mieux harmoniser la vie professionnelle et la vie privée? ALORS N’HÉSITE PLUS!  VOTE POUR TA DÉLÉGATION CSC !

Pour plus d’infos: contacte le ou la permanent(e) jeune de ta région

Réagissez à propos de cet article

Rester au courant à propos de Jeunes CSC?

Inscrivez-vous à notre newsletter !